COMPTE-RENDU RENCONTRE MINISTÈRE JEUDI 01 MARS 2018

Dans le cadre des
concertations annoncées
par le gouvernement,
toutes les Organisations
Syndicales (CGT – UNSA –
SUD-Rail – CFDT) ont été
reçues en bilatérale le
jeudi 01 mars par la
Ministre des Transports.
Toutes ont dénoncé la
volonté de passage en
force affichée par le
Gouvernement.

La Fédération CGT a réaffirmé son opposition sur le contenu et le sens de la
réforme, notamment :
▪ Affaiblissement du ferroviaire, fin du Service Public affichés par le
gouvernement ;
▪ Volonté de privatisation (changement de statut juridique des EPIC
Mobilités et Réseau. Quid de l’avenir de l’EPIC de tête ?) ;
▪ La cession envisagée de Géodis, Ermewa et ICF ;
▪ La casse sociale envisagée, et particulièrement les menaces contre le
Statut des cheminots ;
▪ Le passage en force (recours aux ordonnances et chantage du
Premier ministre) ;
▪ Le fait de privilégier la concertation (écoute polie) plutôt que la
négociation (confrontation projet contre projet) ;
▪ La volonté de renvoyer certains sujets à des négociations d’entreprise
(tentative de division syndicale) ;
▪ Le contenu d’un sac à dos social, plan de départs volontaires envisagé.
Le gouvernement, par la voix de la Ministre des Transports, a voulu afficher une
posture de fermeté à l’occasion de ce premier échange, tout en vantant les
orientations et la méthode proposée par le Premier ministre.
La Ministre considère que les concertations qui s’engagent sont « importantes,
tant l’état de dégradation de la SNCF est avancé ». Cette situation génère du
mécontentement chez les usagers, dans les Régions et des tensions chez les
cheminots.
Nous devons donc nous « battre ensemble » nous a-t-elle dit. Elle ne souhaite
pas que s’instaure un climat de défiance et a précisé que la réforme à venir n’est
pas celle des retraites, des « petites lignes », qu’il n’y a pas de « sujets cachés »,
tout est sur la table.
La Ministre a précisé le contenu et la durée des concertations à venir.
Elles sont divisées en 4 grands thèmes :
▪ Amélioration du Service Public ferroviaire en format Multilatérales intégrant les Organisations Syndicales, les Régions, les usagers… (5 séances) ;
▪ Ouverture à la concurrence en bilatérales (4 séances) ;
▪ Organisation de la SNCF en bilatérales (3 séances) ;
▪ Modernisation sociale du secteur en Bilatérales (3 séances).
La première séquence de concertation est prévue lundi 05 mars sur l’amélioration du Service Public ferroviaire.
L’ensemble de la concertation durera 2 mois.

Concernant le calendrier législatif : Le projet de loi d’habilitation sera présenté à la mi-mars. A partir de cette présentation, le débat parlementaire courra durant 3 mois (aller/retour au Sénat et à l’Assemblée Nationale).
La Fédération CGT des cheminots a fait part de ses exigences pour la modernisation du Service Public ferroviaire (Fret et Voyageurs) :
▪ Développement de la part modale (Fret et Voyageurs) :
▪ Améliorer la qualité de service (moyens humains et financiers, organisation de la
production) ;
▪ Aménagement du territoire (préserver les lignes de proximité), égalité de traitement,
accessibilité au plus grand nombre ;
▪ Diversité de l’offre, complémentarité des modes (TER, TET, TGV) ;
▪ Responsabilité sociale de la SNCF ;
▪ Démocratisation du secteur (pouvoir de décision supplémentaire pour les cheminots et les
usagers) ;
▪ Recherche d’un financement pérenne et reprise de la dette du système sans contrepartie ;
▪ Maintien et développement des droits et des conditions de travail, retour à une entreprise
unique et intégrée ainsi que développement de l’emploi au Statut.

Au regard de ces éléments, nous devons tout mettre en œuvre pour nous déployer en direction des cheminots, les informer et les convaincre de participer à la manifestation nationale unitaire des cheminots à Paris le 22 mars prochain. Celle-ci constitue une étape importante dans le processus revendicatif qui se construit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *