LA FILIALISATION ?

Depuis plus d’une
décennie, la direction de la
SNCF n’a eu de cesse de
restructurer Fret SNCF
en présentant à chaque
fois ces restructurations
comme des plans de
développement.

10 ans après le constat est édifiant : un appareil de production fortement amoindri par la fermeture de triages et de gares, des effectifs divisés par 2 entre 2009 et 2016, l’abandon du wagon isolé en 2010 et une dette qui ne cesse de croître. De plus, la direction a privilégié dans le cadre de l’ouverture à la concurrence le développement des filiales de logistique, de messagerie et de transport routier avec Geodis sans oublier sa filiale ferroviaire VFLI.
Sans retenir les leçons du passé et sans qu’aucun retour d’expérience n’ait été réalisé, la direction veut poursuivre sa stratégie de casse comme elle l’a laissé entendre lors du séminaire de Rotterdam et lors d’une conférence téléphonée.
Afin de clarifier sur la déclinaison du plan stratégique annoncé, sur la fermeture du triage de Nîmes et sur l’avenir de Fret SNCF en général, la fédération CGT a fait une demande d’audience auprès de la direction de Fret SNCF. Nous avons été reçus le 23 octobre.
Concernant les 3000 suppressions d’emplois envisagées, le directeur de Fret dément !
Le nouveau plan stratégique est en préparation pour une mise en application courant 2018, pour une durée de 10 ans en insistant sur la nécessité d’une recapitalisation. Pour la réaliser, il nous a annoncé qu’il y aura des contreparties sans donner plus de précisions.
Il ne faut pas être un expert pour comprendre que par ce message subliminal c’est bien une filialisation qui se prépare avec tous les dangers que cela comporte tant au niveau économique que social et du devenir des cheminots.
Déjà les nombreuses restructurations imposées aux cheminots du Fret ont amené souffrance psychologique, mal être au travail, détresse sans que la direction ne s’en préoccupe.
Ce énième plan montre que la privatisation de FRET SNCF est la priorité de la direction de l’entreprise abandonnant de fait toute orientation de développement du transport ferroviaire de marchandises.
Pourtant les mêmes recettes appliquées depuis 10 ans au Fret sont resservies désormais pour le « Voyageurs » avec à terme le même désastre.

Pour la relance et le développement de FRET SNCF d’autres solutions existent et la CGT réitère ses propositions :
✓ Reconnaissance de l’activité fret au sein de la SNCF comme un véritable service public.
✓ L’arrêt des restructurations et la réouverture des gares Fret, des triages et pour certains un retour au tri par gravité du wagon isolé et de la messagerie.
✓ L’arrêt des suppressions d’emplois et le décloisonnement de la production en mutualisant les moyens humains et matériels dans une SNCF intégrée.
✓ Une politique technico-commerciale volontariste au plus près des chargeurs et des
organisations du travail en multi-activités et multi-produits.
✓ Des IRP ayant un pouvoir décisionnel dans la proximité.

Cheminots, déclenchons ensemble un plan d’urgence ferroviaire de grande ampleur sur : l’emploi, l’organisation de la production, le financement du système ferroviaire, le dialogue social, les droits des cheminots et l’impérieuse nécessité d’une entreprise publique, unique et intégrée :

la SNCF !
NE NOUS LAISSONS PAS FAIRE, AGISSONS
ENSEMBLE !
Plusieurs métiers, une seule profession :
CHEMINOT !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *