LETTRE DE LA CGT AU PREMIER MINISTRE SUR LES ASSISES DE LA MOBILITE

Madame la Ministre,
Monsieur le Ministre d’Etat,

Le 19 septembre 2017, vous allez lancer des «Assises de la Mobilité ».
Face à la situation alarmante dans les secteurs des transports où tous les voyants sont au
rouge, ces assises arrivent à point nommé.
Sauf que, lors du CNTE du 23 août 2017, vous nous avez informés que ces assises se
limiteraient à la mobilité des personnes, ce que nous contestons comme d’autres
organisations syndicales et ONG l’ont également fait.
Depuis deux ans, il y a une augmentation des émissions de Gaz à Effet de Serre due aux
trafics routiers en progression, au détriment du ferroviaire (marchandises et voyageurs) en
baisse tout comme le fluvial.
Nous sommes à contre-courant des objectifs du Grenelle de l’Environnement qui, pourtant,
déclarait «le fret ferroviaire, fluvial et le cabotage maritime d’intérêt général » mais
aussi ceux de l’accord de Paris.
C’est pourquoi, pour la CGT, il est inconcevable que le transport des marchandises ne soit
pas abordé dans les assises ou alors les objectifs ne sont pas l’intérêt général, la réponse
aux besoins et le report modal pour lutter contre le réchauffement climatique.
Il y a urgence à sortir de cette concurrence mortifère dans les transports -source d’un
terrible dumping social- car, face aux enjeux auxquels nous sommes confrontés et
considérant que nous avons besoin de tous les modes de transports, il faut travailler la
complémentarité dans un concept multimodal à partir des besoins au service de l’intérêt
général posant la place du service public.
Un des problèmes auquel ne s’attaque pas le Gouvernement, y compris au travers du «plan
climat », est la diminution de la circulation routière alors que la saturation des réseaux est
un phénomène qui prend de l’ampleur, particulièrement autour des grandes métropoles
avec un étalement urbain qui ne cesse de croître auquel contribuent les lois NOTRe et
MAPTAM, à l’opposé –là aussi- des objectifs de la COP 21 avec pour conséquence la
création de nouveaux besoins de transports voyageurs et marchandises.
D’où la nécessité, dans ces «Assises de la Mobilité », d’aborder les sujets de fond
permettant de répondre de façon durable au réchauffement climatique, de santé publique,
de mobilité des marchandises et des personnes en plaçant au centre des débats : les
questions sociales, environnementales, d’aménagement des territoires et de ré-
industrialisation, pour une véritable «économie circulaire» et un renouveau du service
public.
En ce sens, il serait incompréhensible que les organisations syndicales ne soient pas parties
prenantes de ces «Assises de la Mobilité » au même titre que les ONG, les entreprises, les
élus … et ne pas cantonner leur place à la commission spécialisée du CNTE.
Dans l’attente de vous lire sur ce sujet,
Veuillez agréer, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre d’Etat, l’expression de nos
salutations distinguées.
Philippe MARTINEZ
Secrétaire général de la Cgt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *