POUR UN ENCADREMENT RÉELLEMENT RECONNU !

 Dans le cadre de la négociation sur le forfait-jours, deux études ont été réalisées durant l’automne 2016 ; la première par la Direction des Audits et des Risques (DAR) sous la responsabilité de la Direction de l’entreprise, la seconde par le cabinet SECAFI à la demande de l’unanimité des élu-e-s du CCGPF.

Ces deux études font apparaître que le temps de travail légal des cadres et agents de maîtrise est dépassé systématiquement (sans être reconnu).

LE CONSTAT EST SANS APPEL !

✓ 75% des cheminots de l’encadrement dépassent les 39h hebdomadaires ;

✓ Près de 20% sont au-delà de la limite hebdomadaire européenne fixée à 48h !

✓ 70% des agents travaillent pendant leurs repos !

✓ Près de 20% des agents au régime des sièges ont des difficultés à prendre les journées courtes !

✓ 57% des cheminots estiment leur charge de travail tendue ! 13 % la jugent excessive ! ✓ De nombreux agents de l’encadrement se retrouvent au 31 décembre avec plus de 20 congés annuels et plus de 10 RQ non pris !

✓ Les comptes temps explosent !

✓ De nombreux agents reçoivent ou envoient des mails en pleine nuit (22h – 4h), jusqu’à ¼ des agents dans certains métiers !

QU’AMÈNE LE FORFAIT-JOURS POUR EVITER CES EXCÈS ? R I E N !

Cette situation de dépassement du temps de travail légal et conventionnel est dénoncée depuis longtemps par l’UFCM-CGT auprès d’une Direction qui s’obstine à ignorer ses responsabilités, la réalité et les conséquences sur la santé et la sécurité des cheminot-e-s et des circulations.

Loin d’en prendre la mesure et de prendre les décisions adéquates, les dirigeants des COMEX (maintenant appelés « Le Club ») ont préféré échapper à leurs responsabilités.

Alors que la Direction a des obligations de résultats en termes de santé et sécurité des cheminots, toute sa stratégie de la dernière période a consisté à reporter l’exposition juridique, liée au manque de moyens, sur la relation N/N+1. Situation d’autant plus inacceptable que les DET, DUO, DPX, Chefs de service et de département, au cœur de cette relation, n’ont aucune marge de manœuvre sur le sujet.

Par conséquent, l’Union Fédérale des Cadres et agents de Maîtrise (UFCM-CGT) considère l’accord forfait-jours comme un forfait commis contre l’encadrement de la SNCF !

Tenir un poste d’encadrement ne doit pas entraîner une dégradation des conditions de vie et de travail des agents de maîtrise et des cadres.

Pour ces raisons, l’UFCM-CGT vous invite à ne pas signer votre convention individuelle et vous propose de signer cette pétition.

Les personnels signataires exigent :

▪ L’application des 35 heures par une mesure horaire du travail et la mise en place d’un véritable dispositif d’alerte, la reconnaissance des heures supplémentaires et leur récupération, le respect des Cadres d’Organisation tous collèges ;

▪ Une organisation collective du travail à partir de tableaux de service à horaires variables négociés ;

▪ La garantie de l’équilibre vie personnelle et vie professionnelle par l’effectivité des temps de repos ;

▪ La mise en place du droit à la déconnexion ;

▪ L’adaptation de la charge de travail ;

▪ Des solutions contre la surcharge de travail à partir de l’analyse des besoins en proximité en termes d’emploi, d’organisation collective de travail … (internalisation, appuis en proximité, mise en place d’assistants, taille et périmètre des collectifs…) ;

▪ Une véritable reconnaissance professionnelle par la qualification hiérarchique et le salaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *