NIOUZELAITEUR CGT CENTRAUXBulletin hebdomadaire n° 4 septembre 2015

Journée confédérale du 23 septembre

sur les libertés syndicales

 

Le 23 septembre : Défendons les libertés syndicales et le droit d’expression dans le pays et à la SNCF.  Nous devons ancrer cette journée au plus près en mettant en évidence les attitudes de la Direction sur ce sujet et ceci de manière concrète au cas par cas. Pressions managériales, blocage  du  déroulement  de  carrière,  sanctions  injustifiées  etc.  C’est  le  moment  de  peser  et d’élever le rapport de force sur les libertés syndicales et le droit d’expression. Les cheminots ne peuvent se désintéresser de cette attitude de la Direction car ceux qui sont visés le sont  parce qu’avec leur organisation,  la CGT, ils défendent quotidiennement l’intérêt de l’ensemble des cheminots et du Service Public. Le Gouvernement et la Direction ne supportent pas  ce  syndicalisme  de  propositions,  de  résistance  et  de  conquêtes  qu’incarne  la  CGT. La  liberté  d’expression,  les  droits  syndicaux,  ça  se  défend !  Alors,  le  23  septembre  2015, faisons  un  temps  fort  de  cette  bataille !


Le  27  août ,  notre  Fédération  appelait  à  un  rassemblement  à  Marseille  pour  défendre notre Camarade Gilles MANFORTI. Après la décision du Conseil de Discipline de la  radiation des cadres  de  Gilles,  le  Directeur  de  Région  a  convoqué  un  CER  exceptionnel  afin  de consulter les élus sur cette sanction scandaleuse. Suite  au  vote  défavorable  sur cette  décision,  malgré  une  abstention  des  élus  UNSA,  c’est  la DIRECCTE 13 qui va maintenant donner son avis sur ce dossier.


militants-pas-voyous

thalys-nez_de_train

Des informations confuses  et parfois érronées sur la tentative d’attentat…

Tentative d’attentat dans le Thalys :

sachons raison garder

La  Fédération  CGT  des  cheminots  a  pris  la  décision  de  refuser  toute  sollicitation médiatique  durant  les premiers jours suivants la tentative d’attentat.  Nous  étions  confrontés  à  un  sujet  très  grave  qui relève de la sécurité nationale et du Ministère de l’Intérieur. Tout  démontre  qu’en  de  telles  circonstances,  le  plus  raisonnable  est  d’éviter  de placer  des  représentants  syndicaux  face  aux  micros  et  caméras,  au  risque  d’en rajouter dans la confusion et les interprétations approximatives par des réactions trop  hâtives.  De  plus,  nous  prenions  le  risque  d’être  entraînés  dans  un  débat polémique  à  la  suite  des  propos  tenus  par  un  acteur  très  connu  sur  le comportement des agents d’accompagnement. Peu  à  peu,  la  réalité  des  faits  se  dévoile  et  chacun  peut  constater  qu’aucun reproche  ne  peut  être  fait  aux  collègues  belges  qui  assuraient  l’accompagnement de  ce  train qui  ont  contribué  au  dénouement relativement heureux de cet acte qualifié de terroriste. Il  en  va  de  même  des  voyageurs,  et  notamment  les militaires américains qui ont certainement, par leur intervention, permis d’éviter un drame  en  neutralisant  l’agresseur.  La direction de la SNCF informe qu’elle va élargir les prérogatives de la plateforme téléphonique (3117), la  CGT  prend  acte  de  cette décision  mais  demande,  bien  entendu,  que  la  Direction  prenne  en  considération l’augmentation  des  moyens  humains  et  matériels  et  garantisse  une  formation adaptée aux agents pour leur permettre de réaliser ce travail dans des meilleures conditions.

Il  est  une  évidence,  la  responsabilité  de  ces  cheminots  va  être totalement différente. Il  est  important  de  mesurer  qu’à  tout  moment,  à  bord  d’un  train  ou  dans  les gares,  la  présence  humaine  de  cheminots  qualifiés  sur  leur  emploi  est indispensable.

 

Réviser à la hausse le budget de l’emploi

La tentative d’attentImage1at déjouée dans un train « THALYS » de l’entreprise ferroviaire belge THIFactory, dont le groupe SNCF est actionnaire, a placé le transport ferré sous les feux de l’actualité durant cet avant dernier week-end du mois d’août 2015.

Les informations ont été confuses et parfois erronées sur le déroulement de ce tragique évènement comme sur les comportements des agents de bord.

La  CGT  demande  à  la  Direction  et  à  l’Etat  de  s’appuyer  sur  les différents  évènements  qui  se  sont  produits  durant  l’été,  quelles qu’ils soient, pour réviser à la hausse le budget de l’emploi et abandonner leur volonté de polyvalence professionnelle qui conduit à la  déqualification.

Et le site Fret de Miramas ?

Après  s’être  lourdement  restructuré, puisqu’en  quelques  années  c’est  la  moitié  des effectifs  de  Miramas  et  sa  zone  qui  ont  disparu (337  emplois),  après  s’être  réorganisé, après  avoir  concentré  les  opérations  de  tri  et manœuvre  des  zones  de  dessertes  sur Miramas et réduit de  30 %  ses  charges  et  augmenté  son activité  de  20 %  depuis  2012,  il  est  à  nouveau demandé des sacrifices aux agents de ce site. Il est  clair  ici  que  contrairement  à  ce  que  la Direction de FRET SNCF annonce, les économies réalisées  sur  les  charges  d’exploitation  ne résultent  pas  d’une  simple  adaptation  au  recul de l’activité. Depuis  des  mois,  nous  ne  cessons  d’avertir  la Direction sur  des  dérives managériales  inadmissibles,  sur  la  souffrance  des  agents  sur  les chantiers,  suite  aux  réorganisations successives et maintenant, il est annoncé aux  délégués  du  personnel  un nouveau  projet  de  réorganisation,  première étape d’une énième restructuration d’ampleur

94182960_o

Oui, le train peut aussi disparaître…

 

Selon  la  Direction  FRET,  la cause  de  la  perte  de  gros  marchés n’est  pas  le  prix proposé aux chargeurs

Il  y  a  dix  ans,  nos  dirigeants  expliquaient  aux cheminots  que  la  concurrence  allait  être  une bonne  chose,  qu’elle  allait  dynamiser  l’activité FRET.  Voilà  le  résultat  à  ce  jour,  le  nombre  de tonnes  de  marchandises  a  été  divisé  par  deux, dans  le  transport  de  fret  la  part  du  ferroviaire est  passée  de  17 %  à   9 %plus  de  300  gares FRET  ont  été  fermées,  des  pans  entiers  du territoire  ne  sont  plus  desservis.  Sur  le  plan social,  ce  sont  6300  postes  de  cheminots  du FRET SNCF qui ont disparu depuis 2009. La  productivité,  réalisée  essentiellement  sur  le dos  des  cheminots  (+20 %/agent  en  3  ans),  a atteint ses limites ! En effet,  alors que le volume des  trafics  se  stabilise  à  son  plus  bas  niveau historique,  les  indicateurs  se  dégradent,  ce  qui  augure  mal  de  la  capacité de FRET SNCF à saisir de nouvelles opportunités en cas de rebond de l’activité.

 

 

SOUS UN VERNIS DE MODERNITÉ

L’ARCHAÏSME !

La Fédération CGT des Cheminots a décidé d’assigner la direction de la SNCF en justice pour gagner la tenue des élections CA/CS et CE/DP à deux dates différentes. Rappel

Le Groupe Public Ferroviaire (GPF) a été constitué le 1er juillet 2015 alors que la loi portant réforme du système ferroviaire prévoyait sa constitution le 1er janvier 2015. La loi du 04 août 2014 oblige la tenue des élections aux Conseils d’Administration (Mobilités et Réseau) ainsi qu’au Conseil de Surveillance (EPIC de tête) dans les six mois après la constitution du GPF.

Les élections CE/DP peuvent, elles, à la lecture de la loi, être organisées dans les 12 mois après la constitution du GPF soit jusqu’au 30 juin 2016. Le législateur a donc réfléchi pour permettre la bonne tenue des deux scrutins qui sont totalement différents dans deux périodes différentes, soit de façon dissociée.

La direction quant à elle, entend imposer des élections CA*/CS* et CE*/DP* le même jour, le 19 novembre 2015. La Fédération CGT des Cheminots, soucieuse de faire respecter la démocratie dans l’entreprise, est opposée à cette stratégie qui vise à favoriser l’abstention et étouffer les sujets qui touchent les cheminots dans le cadre de l’exercice de leur métier, notamment en lien avec les impacts réels de la réforme dans leur quotidien.

Le taux d’abstention exploserait car les électeurs n’auraient aucune lisibilité sur le contenu des programmes portés par les candidats, sur les périmètres d’intervention, sur la finalité du vote. De plus, les électeurs ne sont pas les mêmes entre les deux élections. Pour les élections CA/CS, ce sont les cheminots des 3 EPICS ainsi que les salariés de certaines filiales du groupe qui sont appelés à voter. Pour les élections CE/DP ce sont uniquement les cheminots des 3 EPICS.

Enfin, dans son obstination tacticienne, la Direction ne tient même pas compte des difficultés pour le personnel concerné de tenir 4 élections simultanément. Les dirigeants et acteurs RH de terrain mesurent, eux, le manque de sérieux de ceux qui envisagent de s’engager dans ce processus irréaliste. L’heure des choix

Nous allons entrer dans une phase de campagne électorale (au moins concernant les élections CA/CS) où chacune des organisations syndicales représentatives pourra présenter son bilan de mandat et faire connaître ses analyses et propositions revendicatives sur les sujets sociaux économiques tels l’avenir des métiers et celui des entreprises publiques qui constituent désormais le GPF.

La Fédération CGT des Cheminots porte l’ambition de débattre autour de thèmes qui préoccupent les cheminots, les salariés dans leur vie et au travail durant cette campagne.

*CA : Conseil d’Administration *CS : Conseil de Surveillance *CE : Comité d’Entreprise *DP : Délégué du Personnel

Nous contacter

Secteur Fédéral des Cheminots des Services Centraux

14, rue Campra

93210 La Plaine St Denis

Tél. SNCF 38 64 14

Notre adresse mail

cgtchem.centraux@laposte.net

Pour aller voir les informations : http://www.cheminotcgt.fr/

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *